N'importe où mais ailleurs ! - Carnets de voyage
"Il faut voyager pour frotter et limer sa cervelle contre celle d'autrui" (Montaigne). Je frotterai jusqu'à une absolue brillance. Quelques carnets de route, des falaises de grès maliennes abritant d'improbables villages Tellem aux hautes terres occidentales guatémaltèques où les huipiles rouge éclatant des femmes sont un vrai régal pour les yeux !


Mes albums


«  Décembre 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031


Rubriques

DIVERS
GUATEMALA Avril 2008
JORDANIE Mai 2009
MALI Janvier 2009
NEPAL Mars 2010
REUNION Novembre 2009

Derniers articles

Nouvelle url !
MALI - Inselbergs et canyons
MALI - Quelque part, entre la région inondée de Mopti, et Gao, porte du désert
Votez Romain :)
MALI - En attendant Godot – Douentza -Hombori

Sites favoris

Trekmag
Trekkings hors des sentiers battus
Romain World Tour
Voyages etc
Carnets de traverse
En piste pour le monde
Voir le monde
Afrique 50 ans d'indépendance
Drôle de trip







Carte des lieux visités







Abonnez-vous à mon flux RSS




Ma Page sur Hellocoton


L’arbre aux mille vertus - Trek Jour 2 – Banani – Iby

 

Nous poursuivons notre route vers Iby, accompagnés sans cesse d’aimables baobabs ventripotents, ces géants des plaines que l’on dit avoir été victimes du courroux de Dieu, qui, pour les punir, les aurait plantés la tête en bas. Il est vrai que, caduque, l’arbre est surmonté de branches nues l’hiver, semblables à des racines. Nous caressons son écorce tuberculée et fibreuse qui sert à la fabrication des cordages. Les baobabs deviennent de véritables compagnons de voyage, certains, dont les branches n’ont pas été coupées, regorgent de fruits que les enfants dégomment au lance-pierres.

 

 

Nous dégustons comme de petits bonbons leurs nombreuses graines acidulées saturées de calcium et aux vertus astringentes (propriété non dénuée d’intérêt en ce qui me concerne, Matthieu démontrant une fois de plus la robustesse de ses intestins). A plusieurs reprises, nous nous arrêtons devant de majestueux spécimens, impressionnés par leurs dimensions et nous nous amusons à nous photographier à côté de leur démesure. Nous écoutons le vent qui se mêle à leur branchage qui semble contenir les rumeurs des villages alentour. Souleymane nous raconte à quel point chacun des éléments de l’arbre est ici exploité, ses fibres entrant dans la composition du banco dont on recouvre les greniers pour les protéger de la chaleur, ses feuilles servant de base à la bouillie préparée par les femmes, la pulpe de ses pains de singe fournissant une boisson rafraichissante, son fruit pouvant être sculpté en maracas, …


Commentaires (3) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 20:12, le 7/01/2009 dans MALI Janvier 2009, Bandiagara
Mots clefs : floretrek
Envoyer cet article à un ami