N'importe où mais ailleurs ! - Carnets de voyage
"Il faut voyager pour frotter et limer sa cervelle contre celle d'autrui" (Montaigne). Je frotterai jusqu'à une absolue brillance. Quelques carnets de route, des falaises de grès maliennes abritant d'improbables villages Tellem aux hautes terres occidentales guatémaltèques où les huipiles rouge éclatant des femmes sont un vrai régal pour les yeux !


Mes albums


«  Août 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031 


Rubriques

DIVERS
GUATEMALA Avril 2008
JORDANIE Mai 2009
MALI Janvier 2009
NEPAL Mars 2010
REUNION Novembre 2009

Derniers articles

Nouvelle url !
MALI - Inselbergs et canyons
MALI - Quelque part, entre la région inondée de Mopti, et Gao, porte du désert
Votez Romain :)
MALI - En attendant Godot – Douentza -Hombori

Sites favoris

Trekmag
Trekkings hors des sentiers battus
Romain World Tour
Voyages etc
Carnets de traverse
En piste pour le monde
Voir le monde
Afrique 50 ans d'indépendance
Drôle de trip







Carte des lieux visités







Abonnez-vous à mon flux RSS




Ma Page sur Hellocoton


Mil et une bouillies - Trek Jour 3 – Iby – Youga Dogourou

Petite nuit rongée par de violentes douleurs à l’estomac, mes prières à Amma ont sans doute été vaines. J’ai marché entre les ombres, le système digestif bien d’aplomb (la position verticale m’allant finalement mieux), me rappelant que « si les Noirs étaient des créatures de lumière extraites en plein soleil, c’était au clair de lune qu’avaient été créés les Blancs, d’où leur aspect larvaire ». La théorie d’Ogotemmêli m’a semblé en cet instant plus vrai que jamais. Traits livides, pâleur malingre, visage souffreteux, j’ai alors tout d’une larve molle et blême conçue par l’astre nocturne, depuis sa couleur lait caillé jusqu’à son apathie.

Petit déjeuner frugale. Un ami instituteur de Souley nous fait visiter les classes de l’école d’Iby saturées d’élèves et pourtant pleines de silence, le décor est minimaliste, inexistant même, les enfants ont l’air las. J’ai très envie de leur parler, d’écrire quelques mots sur l’ardoise, et finalement tout est trop calme.

Nous repartons à l’assaut de la montée qui conduit à Youga Dogourou, village accroché à un piton rocheux indépendant de la falaise. Nous sommes accompagnés de femmes qui portent péniblement l’eau des puits du bas de l’escarpement vers les villages perchés. Elles serpentent entre les buffles et les quelques marigots qui leur servent d’abreuvoirs durant la saison sèche.

Youga Dogourou est un bijou incrusté dans l’anfractuosité de grès. De petites têtes souriantes émergent hésitantes des cases parallélépipédiques, écrasées de part et d’autres par d’énormes rochers et dont la partie supérieure est percée de branches qui dépassent du banco de manière très irrégulière, leur conférant un petit air moderne. Sieste sous le fromager après avoir essayé de calmer la rage de dents d’un vieux sage avec un doliprane. Souley nous parle du mil, du couscous de mil, de la bière de mil, des galettes de mil frites, de la crème de mil légèrement sucrée, des beignets de mil, de la bouillie de mil, ... Je souris, on dirait Bubba et ses crevettes dans Forrest Gump : You can barbecue it, boil it, broil it, bake it, saute it, shrimp-kabobs, shrimp creole, shrimp gumbo. Pan fried, deep fried, stir-fried …”

Nos échanges culinaires me redonnent un peu d'appétit. Je romps le jeûne et mange un peu de riz à la santé d’Amma.


Commentaires (5) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 12:42, le 8/01/2009 dans MALI Janvier 2009, Bandiagara
Mots clefs : GASTRONOMIEtrek
Envoyer cet article à un ami