N'importe où mais ailleurs ! - Carnets de voyage
"Il faut voyager pour frotter et limer sa cervelle contre celle d'autrui" (Montaigne). Je frotterai jusqu'à une absolue brillance. Quelques carnets de route, des falaises de grès maliennes abritant d'improbables villages Tellem aux hautes terres occidentales guatémaltèques où les huipiles rouge éclatant des femmes sont un vrai régal pour les yeux !


Mes albums


«  Juin 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930 


Rubriques

DIVERS
GUATEMALA Avril 2008
JORDANIE Mai 2009
MALI Janvier 2009
NEPAL Mars 2010
REUNION Novembre 2009

Derniers articles

Nouvelle url !
MALI - Inselbergs et canyons
MALI - Quelque part, entre la région inondée de Mopti, et Gao, porte du désert
Votez Romain :)
MALI - En attendant Godot – Douentza -Hombori

Sites favoris

Trekmag
Trekkings hors des sentiers battus
Romain World Tour
Voyages etc
Carnets de traverse
En piste pour le monde
Voir le monde
Afrique 50 ans d'indépendance
Drôle de trip







Carte des lieux visités







Abonnez-vous à mon flux RSS




Ma Page sur Hellocoton


MALI - Quelque part, entre la région inondée de Mopti, et Gao, porte du désert

00h30. « Hombori » crie le chauffeur.

Nous descendons du bus. Au milieu de nulle part. Quelques rares maisons semblent abandonnées. D’énormes masses surgissent de la désolation de la steppe : des rocs à l’allure de ruines qui se dressent par intermittences vers la lune, pleine ce soir. Tout est plongé dans un épais silence, nous avec. N’osant pas perturber l’ambiance si particulière, nous n’échangeons qu’un lent regard inquisiteur, histoire de scruter dans les yeux de l’autre une once d’espoir. Pas grand-chose. Juste de la fatigue, le reflet de la lueur lunaire et une bonne grosse dose d’inquiétude. Nos prunelles semblent plutôt se dire l’une à l’autre que, selon toute vraisemblance, nous allons dormir ici, dehors, cernés par ces inquiétants blocs de grès, tout seuls, bouh.  

 

Nous apercevons un faible éclairage que nos yeux, pas encore accoutumés à cette demi-obscurité, avaient jusque là zappé.  A quelques dizaines de mètres, une lanterne, un militaire et sa mitraillette (ou son fusil, sa kalachnikov, … je ne suis pas spécialiste). Nous lui demandons où nous pouvons trouver un campement pour la nuit. Il nous répond, un peu froidement, pas mal surpris, que Hombori est à 3km de là, se demandant ce qui a bien pu conduire le chauffeur à nous lâcher ici. L’œil fourbe, il nous propose de nous mener tour à tour au village sur sa mobylette contre quelques billets. Matthieu refuse d’office. Trop fatiguée pour subtiliser l’arme et m’en servir contre mon tendre partenaire, je me contente de pester intérieurement. 3 km à pieds, sur cette piste déserte, à une heure du matin, pour rejoindre un improbable campement, entourés d’ombres fantomatiques, 15 kilos sur le dos. Chouette. L’homme a pitié (il a probablement perçu la décomposition de mon visage lorsque Matthieu a annoncé tout fier qu’on se débrouillerait bien) et nous propose deux virées successives et gratuites sur son deux-roues chinois.

Me voilà donc, avec mon gros sac, étreignant un inconnu et son fusil, sur une moto, sans casque, au beau milieu de la nuit, encore loin du matelas de mes rêves et de plus en plus loin de l’homme de ma vie :)



Publié à 22:02, le 9/05/2010 dans MALI Janvier 2009, Hombori
Mots clefs :
Ajouter un commentaire

Page précédente

Page 3 sur 30