N'importe où mais ailleurs ! - Carnets de voyage
"Il faut voyager pour frotter et limer sa cervelle contre celle d'autrui" (Montaigne). Je frotterai jusqu'à une absolue brillance. Quelques carnets de route, des falaises de grès maliennes abritant d'improbables villages Tellem aux hautes terres occidentales guatémaltèques où les huipiles rouge éclatant des femmes sont un vrai régal pour les yeux !


Mes albums


«  Août 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031 


Rubriques

DIVERS
GUATEMALA Avril 2008
JORDANIE Mai 2009
MALI Janvier 2009
NEPAL Mars 2010
REUNION Novembre 2009

Derniers articles

Nouvelle url !
MALI - Inselbergs et canyons
MALI - Quelque part, entre la région inondée de Mopti, et Gao, porte du désert
Votez Romain :)
MALI - En attendant Godot – Douentza -Hombori

Sites favoris

Trekmag
Trekkings hors des sentiers battus
Romain World Tour
Voyages etc
Carnets de traverse
En piste pour le monde
Voir le monde
Afrique 50 ans d'indépendance
Drôle de trip







Carte des lieux visités







Abonnez-vous à mon flux RSS




Ma Page sur Hellocoton


MALI - En attendant Godot – Douentza -Hombori

Arrivée à Douentza à 17h. Pas velléitaires pour deux sous, nous nous lançons immédiatement dans une quête qui nous semblait initialement largement abordable et qui s’est avérée un poil alambiquée : l’obtention de l’horaire de passage du prochain car à destination d’Hombori.

 

J’interroge un premier homme, maigre, démarche raide, à peine surpris par notre approche, qui nous indique qu’il nous faudra patienter deux bonnes heures. Finalement cela nous laisserait le temps de dîner et de passer un petit coup de fil en France pour diffuser quelques nouvelles du front. Parfait. Nous cherchons par prudence confirmation. Le second malien, que notre requête plonge aussitôt dans un état stuporeux, nous indique qu’il n’y a aucune chance de voir passer un bus par ici avant demain matin, 11h, quelle que soit notre destination d’ailleurs. Le troisième nous annonce un départ à 22h. Nous finissons ainsi par engranger autant de réponses que de personnes sondées (approximativement 7 ou 8, toutes avec un avis bien tranché), et un minimum d’une heure sépare les deux horaires recueillis les plus proches. Mal barrés.

 

 

« Allez demander à la gare » finit par nous lancer une jeune femme éclairée. Chouette perspective. Matthieu y fonce, ladite gare se trouve être une petite baraque en lisière de route avec un homme court sur patte, coincé à l’intérieur, le « chef de gare ». Il nous fait payer des billets fictifs nous assurant que le bus s’arrêtera à Douentza entre 20h et 21h. Nous lui confions notre argent, un peu intrépides et notre numéro de téléphone, à sa demande, il nous appellera à l’arrivée du bolide. « Pas de problème ».

 

21h30. Pas de bus. Au moins, nous avons le ventre plein. 21h45. Toujours rien. Enfin, un brin de lassitude tout de même. A 22h, nous voyons débouler une mobylette chevauchée par le chef de gare, qui se charge de nous conduire chacun notre tour aux portes de l’engin. « Il est recommandé de ne pas voyager de nuit, les bus y sont vieillots » précise le Petit Futé. On confirme. Ce bus est une porcherie roulante dont le sol est jonché de détritus tellement piétinés que l’on ne sait plus trop identifier les choses molles, parfois glissantes, souvent odorantes sur lesquelles on se déplace contraints et forcés pour rejoindre sa place.

 

Nous essayons de somnoler en restant attentifs au moindre ralentissement. Surtout, ne pas louper l’arrêt.



Publié à 22:15, le 3/05/2010 dans MALI Janvier 2009, Douentza
Mots clefs : transport
Ajouter un commentaire

Page précédente

Page 5 sur 30