N'importe où mais ailleurs ! - Carnets de voyage
"Il faut voyager pour frotter et limer sa cervelle contre celle d'autrui" (Montaigne). Je frotterai jusqu'à une absolue brillance. Quelques carnets de route, des falaises de grès maliennes abritant d'improbables villages Tellem aux hautes terres occidentales guatémaltèques où les huipiles rouge éclatant des femmes sont un vrai régal pour les yeux !


Mes albums


«  Août 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031 


Rubriques

DIVERS
GUATEMALA Avril 2008
JORDANIE Mai 2009
MALI Janvier 2009
NEPAL Mars 2010
REUNION Novembre 2009

Derniers articles

Nouvelle url !
MALI - Inselbergs et canyons
MALI - Quelque part, entre la région inondée de Mopti, et Gao, porte du désert
Votez Romain :)
MALI - En attendant Godot – Douentza -Hombori

Sites favoris

Trekmag
Trekkings hors des sentiers battus
Romain World Tour
Voyages etc
Carnets de traverse
En piste pour le monde
Voir le monde
Afrique 50 ans d'indépendance
Drôle de trip







Carte des lieux visités







Abonnez-vous à mon flux RSS




Ma Page sur Hellocoton


MALI - Le sel de la terre - Bamba - Douentza

 

Du poisson au menu. Nous regardons, septiques, ses arêtes flotter dans le plat. Le Niger est loin, très loin, et il en a fait du chemin ce petit poisson pour venir onduler dans notre assiette. La chaîne du froid a certainement été rompue … Comporte-t-elle ici ne serait-ce qu’un maillon ? Nous finissons par ne plus voir que salmonelles et lysteria se relaxant dans notre petit bouillon de culture. Mathieu n’y touche pas, je déguste mollement (comme si la lenteur avec laquelle ma main portait la nourriture à ma bouche venait freiner l’ingestion des petits germes pathogènes).

Le soleil est plus agressif ici. Les enfants aussi. Ils nous tiennent fermement les bras pour ne pas se faire voler une place de choix durement acquise. Fatiguée et impatiente de rejoindre Hombori et ses paysages dantesques.

 

Pas de bus au départ de Bamba. Nous prenons l’un des rares 4x4 qui quitte le village en début d’après midi. Un peu de confort nous permettra sans doute de glaner l’énergie qu’il nous faudra déployer pour nous dégotter un moyen de locomotion jusqu’à notre point de chute final. Tu parles. Nous devinons à peine la route tant elle est mauvaise. Nous dépassons des Touaregs et leurs bêtes qui transportent d’énormes plaques ocre, les caravaniers du sel, défiant farouchement le sel marin, industriel, blanc et raffiné. Mais leur sel n’est guère plus utilisé que pour l’alimentation du bétail et par quelques inconditionnels qui lui reconnaissent contenir des oligo-éléments essentiels. On dit même que les troupeaux privés de sel saharien souffrent de déficiences multiples. Sans doute toutes ces vertus qui expliquent la persistance de ce commerce.

Nous doublons ensuite une succession infinie de charrettes en direction de Douentza, le marché s’y tient demain matin.

 

Mon voisin de droite dévore goulument d’énormes morceaux de viande ruisselant de graisse en chassant de temps à autre d’un revers de main les mouches qui ont envahi l’habitacle (son coude venant à chaque fois percuter mon épaule). Il enfonce ses énormes doigts dans la chair grillée, me donnant des haut-le-cœur réguliers. Des mains, de plus en plus nombreuses, viennent ensuite piocher dans le sac gorgé de jus qui se met à goutter sur mes chaussures. L’homme se répand en excuses contrites. Nous sommes même conviés à faire de même mais déclinons poliment l’invitation. Vous comprenez, nous venons de manger. Mais c’est le ventre bien creux que nous supporterons encore deux heures de voyage.



Publié à 22:43, le 25/04/2010 dans MALI Janvier 2009, Douentza
Mots clefs : transport
Ajouter un commentaire

Page précédente

Page 6 sur 30