N'importe où mais ailleurs ! - Carnets de voyage
"Il faut voyager pour frotter et limer sa cervelle contre celle d'autrui" (Montaigne). Je frotterai jusqu'à une absolue brillance. Quelques carnets de route, des falaises de grès maliennes abritant d'improbables villages Tellem aux hautes terres occidentales guatémaltèques où les huipiles rouge éclatant des femmes sont un vrai régal pour les yeux !


Mes albums


«  Août 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031 


Rubriques

DIVERS
GUATEMALA Avril 2008
JORDANIE Mai 2009
MALI Janvier 2009
NEPAL Mars 2010
REUNION Novembre 2009

Derniers articles

Nouvelle url !
MALI - Inselbergs et canyons
MALI - Quelque part, entre la région inondée de Mopti, et Gao, porte du désert
Votez Romain :)
MALI - En attendant Godot – Douentza -Hombori

Sites favoris

Trekmag
Trekkings hors des sentiers battus
Romain World Tour
Voyages etc
Carnets de traverse
En piste pour le monde
Voir le monde
Afrique 50 ans d'indépendance
Drôle de trip







Carte des lieux visités







Abonnez-vous à mon flux RSS




Ma Page sur Hellocoton


Jour de marché - Trek Jour 5 - Bamba

 

 

 

Au fur et à mesure que nous nous rapprochons de Bamba, le flot humain se densifie. Bientôt, nous faisons partie d’un groupe entier, de femmes essentiellement, portant des bassines en plastiques, elles-mêmes pleines à craquer d’autres récipients fluo, d’énormes sacs de jute semblant sur le point d’exploser et de déverser tous leurs grains tant leur toile est tendue à l’extrême, des bébés qui supportent tant bien que mal la chaleur écrasante de fin de matinée des kilomètres durant.


Enfin, nous franchissons un ultime pont de pierre chevauchant un marigot pour débouler dans le marché de Bamba étourdissant de couleurs. Tout est ici encore plus dense et chamarré qu’à Djenné. Des centaines de corps qui transpirent sous un soleil d’hiver brûlant. Si les jours précédents furent essentiellement dominés par des tons terreux, à présent tous ces boubous bariolés me font l’effet d’un éblouissement après plusieurs heures passées dans la pénombre. Les femmes cuisent à même le sol des beignets de mil, les balles expulsent leur coton immaculé, le lait peul répand un effluve rance. Des graines noires non identifiées s’amoncèlent comme de petits terrils miniers. De petits oignons, des piments, et des tas de poissons malodorants. Et quelques objets que les tristes commerces déversent ici, des lunettes de soleil, des piles made in china. L’odeur des huiles chaudes nous brûlent les narines. Le marché est cerné d’ânes déchargés, de rumeurs, de charrettes sans ridelle qui dressent leurs brancards vers le ciel.


« Le marché secouait les entrailles de tous les hommes et de bon nombre de bêtes depuis Kamma jusqu’à Yougo. Vers midi, tous se plongeaient dans son énorme murmure, le feu aux oreilles et l’œil inquisiteur pour des achats modestes mais véhéments. » (Marcel Griaule)

 


 



Publié à 23:21, le 12/04/2010 dans MALI Janvier 2009, Douentza
Mots clefs : trekmarché
Ajouter un commentaire

photos


Tes photos représentent bien ce marché . Nous avons la lecture, les images ....il ne manque que les odeurs....
Merci
Publié par piro à 18:11, 15/04/2010 Lien

Page précédente

Page 7 sur 30