N'importe où mais ailleurs ! - Carnets de voyage
"Il faut voyager pour frotter et limer sa cervelle contre celle d'autrui" (Montaigne). Je frotterai jusqu'à une absolue brillance. Quelques carnets de route, des falaises de grès maliennes abritant d'improbables villages Tellem aux hautes terres occidentales guatémaltèques où les huipiles rouge éclatant des femmes sont un vrai régal pour les yeux !


Mes albums


«  Août 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031 


Rubriques

DIVERS
GUATEMALA Avril 2008
JORDANIE Mai 2009
MALI Janvier 2009
NEPAL Mars 2010
REUNION Novembre 2009

Derniers articles

Nouvelle url !
MALI - Inselbergs et canyons
MALI - Quelque part, entre la région inondée de Mopti, et Gao, porte du désert
Votez Romain :)
MALI - En attendant Godot – Douentza -Hombori

Sites favoris

Trekmag
Trekkings hors des sentiers battus
Romain World Tour
Voyages etc
Carnets de traverse
En piste pour le monde
Voir le monde
Afrique 50 ans d'indépendance
Drôle de trip







Carte des lieux visités







Abonnez-vous à mon flux RSS




Ma Page sur Hellocoton


Le corbeau et la cuillère à tô -Trek Jour 4 – Youga Piri – Yendouma

Les premiers rayons du matin effleurent les petits personnages de bois qui recouvrent la sublime porte sculptée du cagibi dans lequel nous avons dormi. Bien rodés maintenant, nous remballons nos affaires avec une formidable efficacité, même Matthieu et les 28 sachets composant son Karrimor SF (le sac des forces spéciales britanniques, il fallait au moins ça pour s’attaquer aux adversités maliennes) sont sur le qui-vive avec ponctualité, sans doute la toute première fois depuis notre atterrissage à Bamako voilà une semaine.

 

Nous croisons des femmes, un peu farouches, qui pilent le mil. Je voudrais les photographier, capturer leur élégance, leur labeur sans relâche, mais les Dogons n’aiment ni les photos ni les touristes en mal de portraits exotiques qui souvent considèrent leurs villages comme des musées vivants. Et on les comprend …

 

Nous redescendons vers la plaine et entamons la traversée de l’étendue sablonneuse qui nous sépare de la falaise de Bandiagara. La poussière orange que charrient les airs nous polit le visage. Nous sommes à l’affût, guettant le rollier d’Abyssinie, lorsqu’un splendide spécimen nous fait l’honneur d’un petit ballet aérien, exposant avec orgueil son plumage éclatant : essentiellement bleu turquoise, brun-roux sur le dos. Le bout de ses ailes, bleu électrique, est ourlé d’une pointe de noir. Splendide.

 

Un peu plus loin, c’est un corbeau à cou blanc qui nous passe au-dessus, comme un écho aux légendes que Souley nous a contées la veille.

 

 

 

 

Un petit corbeau arrogant, persuadé d’être suffisamment habile pour défier les animaux de la plaine, participait à divers affrontements qu’il perdait systématiquement. Même le délicat kalapo, pas guerrier pour un sou, parvenait à l’humilier lors de leurs joutes [je n’ai trouvé aucune référence au kalapo sur le net, peut-être s’agit-il du kakapo, mais qu’est-ce que le kakapo viendrait-il faire en pays Dogon ??]. Et pourtant, lorsque le petit corbeau rentrait de ses éprouvantes journées, il vantait à sa mère ses propres mérites, lui décrivant de quelle façon il parvenait à distribuer des corrections aux animaux les plus redoutables de l’hostile nature africaine. Hyènes, lions, éléphants pliaient face à sa hardiesse et sa perspicacité. Sa mère ne cessait alors de le récompenser, se privant elle-même de nourriture pour combler le vaillant soldat [bon, quand même bien crédule la mère...]. Débordant de fierté, elle voulut observer les exploits de son intrépide progéniture. Les narrations pompeuses du petit corbeau ne la satisfaisant plus, il lui fallait le voir de ses propres yeux, terrasser les terribles ennemis dont il lui parlait tant. Lorsqu’elle constata que son fils, loin de dominer, se faisait fustiger à longueur de combats, ne remportant pas même le moindre petit duel, elle fulmina. Elle attendit son retour au bercail, se saisit de l’ustensile avec lequel elle fabriquait le tô [bouillie de mil traditionnelle] et le brûla au cou. Les plumes du petit repoussèrent blanches sur sa pauvre nuque, marque indélébile qu’il transmettra à sa descendance, châtiment corporel punissant ses paroles mensongères, un peu notre supplice des plumes et du goudron. Sacrément sévère.

Je regarde attendrie le passereau, finalement bien plus intéressant que son cousin tout noir qui erre fréquemment au dessus des poubelles en lisière de ma forêt meudonnaise.



Publié à 12:24, le 14/02/2010 dans MALI Janvier 2009, Sanga
Mots clefs : faunetrek
Ajouter un commentaire

Page précédente

Page 14 sur 30